Agrégateur de contenus

GLI Peru

Le GLI-Pérou est un projet qui a été lancé en 2013 avec, pour partenaire, l'UNICEF. Cette initiative a pour but de diminuer les inégalités sanitaires qui touchent particulièrement les communautés indigènes. Le projet centre principalement son activité sur deux régions, la zone de Condorcanqui (Amazonas) avec l'hôpital Santa María de Nieva et Datem de Marañón, avec le centre de santé de San Lorenzo.


 La mortalité infantile et maternelle au Pérou a significativement diminué ces vingt dernières années, grâce à l'augmentation de la couverture du contrôle parental et de l'assistance à l'accouchement. Le pays a atteint l'un des Objectifs du Millénaire (OMD) puisqu'il a réduit sa mortalité infantile en passant à 17 décès pour mille naissances.

Malgré les réussites, les inégalités sont toujours présentes parmi la population résidant dans les zones urbaines et les zones rurales, en particulier les communautés de l'Amazonas. Tandis que dans le milieu urbain 92% des accouchements sont assistés par des professionnels, dans le milieu rural, seules 45% des femmes sont assistées. Cette inégalité est la conséquence directe du manque de personnel sanitaire qui identifierait les besoins et la culture de la population indigène amazonienne.

Avec 75% de la population indigène, Awajum et Wampi, les laboratoires de l'hôpital de Nieva à Condorcanqui, et l'hôpital de San Lorenzo à Datem de Maranón se trouvent sans ressources pour le diagnostic approprié des principales maladies de la zone.

L'objectif du projet GLI-Pérou est d'améliorer cette situation et de contribuer à garantir un meilleur accès au droit à la santé des communautés indigènes. La Fondation Probitas, en collaboration avec l'UNICEF et le Ministère de la santé a créé le premier modèle d'assistance intégrale au VIH/Sida, à l'hépatite B et aux ITS, pour adapter le protocole national à ce contexte.

Phases du Projet

Pendant la première phase, un diagnostic de la situation « needs assessment » a été élaboré, tenant compte des facteurs culturels et démographiques des communautés et analysant les structures sanitaires existant jusqu'à aujourd'hui. L'équipe de la fondation est parvenue à la conclusion qu'il était nécessaire de :

  • Réaménager des espaces et renforcer l'installation d'Internet.
  • Réparer les installations d'eau existentes
  •  Installer des structures électriques avec un système durable et écologique.
  • Prévoir des équipements de laboratoire pour les ITS.
  • Collaborer avec le Ministère de la santé pour établir un plan de décentralisation du diagnostic du VIH/Sida.

Dans sa deuxième phase, les infrastructures et installations de 3 laboratoires de la zone ont été améliorées, diverses actions étant menées à bien :

  • Achat d'équipements de laboratoire, fongibles et réactifs.
  • Amélioration des infrastructures des laboratoires.
  • Apport d'ordinateurs, imprimantes et système GLI-Software dans l'un des centres.

La formation et l'encadrement du personnel local, avec l'objectif d'améliorer les techniques spécifiques de diagnostic pour la création d'une autogestion des laboratoires, ont été encouragés lors de la troisième phase du projet.

  • Formation au développement de diagnostics opportuns ainsi que conseils et action intégrale encourageant des stratégies pertinentes pour les personnes souffrant du VIH.
  • Amélioration des capacités et compétences du personnel technique dans le prélèvement d'échantillons, procédure et interprétation des résultats.
  • Formation en normes de biosécurité
  • Encadrement du personnel à l'utilisation appropriée des équipements et à la mise en place du GLI-Software.

À la quatrième phase du projet, d'autres programmes transversaux de santé ont été encouragés.

  • La promotion des stratégies communautaires pour l'accompagnement et le suivi des filles, garçons, adolescentes, femmes enceintes et population infectée par le VIH/SIDA, avec la participation d'agents communautaires de santé.
  • La formation et la participation d'au moins trois réseaux d'adolescents au travers de la stratégie de pairs pour la prévention et l'accès au diagnostic du VIH/SIDA.