Intro

Global Laboratory Initiative (GLI) est un programme propre créé en 2010 par la fondation dans le but de renforcer les capacités des laboratoires de diagnostic clinique dans les régions les plus vulnérables du monde.

Il s'agit d'un modèle durable qui travaille pour que les maladies qui sont un problème de santé publique mondiale, comme la tuberculose, le VIH/SIDA, le paludisme et les maladies chroniques, entre autres, puissent être diagnostiquées et traitées correctement avec les moyens et les techniques qui seraient appliqués dans les pays développés. Nous travaillons en coordonnant, en guidant et en formant les communautés autochtones pour qu'elles puissent être autosuffisantes.

La question est de freiner la morbi-mortalité et la situation de pauvreté en renforçant les faiblesses des services de santé et en particulier, celles du laboratoire de diagnostic clinique.

Probitas réhabilite les laboratoires et les dote des équipements nécessaires aux diagnostics, tout en essayant de couvrir les besoins les plus basiques de la population et de réduire la prévalence des maladies. 


¿Pourquoi un laboratoire diagnostique?

Les laboratoires de diagnostic sont rarement une priorité dans des régions ayant peu de ressources, principalement à cause du coût élevé en équipements et infrastructures qu'ils comportent. Cependant, l'impact du manque de service de diagnostic clinique est très important, car cela aggrave la séquence des facteurs qui conduisent à la maladie et qui contribuent à leur tour, à rétro-alimenter et perpétuer la situation de pauvreté.

Le modèle GLI tente de rompre ce cercle de « pauvreté – maladie » en dotant la population d'instruments de base pour pouvoir diagnostiquer les maladies les plus prévalentes dans la zone. De cette façon, il est possible de :

  • Réaliser un diagnostic, un traitement et un suivi correct des maladies.
  • Améliorer le pronostic des maladies les plus prévalentes et diminuer les séquelles de la population.
  • Diminuer la transmission de certaines maladies et l'apparition de nouveaux cas.
  • Prendre des décisions correctes pour le contrôle des épidémies.
  • Utiliser les ressources de manière rationnelle
  • Diminuer le nombre de maladies traitées de façon erronée ou tardivement pour éviter les résistances et les séquelles parmi la population.

L'absence d'un service de diagnostic rend le contrôle des épidémies difficile, il empire le pronostic et diminue l'efficacité des traitements. Tout cela conduit à la mauvaise utilisation des antibiotiques et d'autres médicaments, à l'augmentation de résistances et donc des coûts. Enfin, un diagnostic inapproprié ou insuffisant peut créer des séquelles et un handicap à long terme.
 


GLI Model development

En 2010, la fondation Probitas a lancé son premier projet GLI dans le quartier Téléphone sans fils (TSF), un lieu extrêmement vulnérable de Bamako, la capitale du Mali. Ce projet est actuellement en vigueur, toujours en cours de consolidation dans sa quatrième phase, encourageant d'autres programmes transversaux de santé et débutant un processus d'autosuffisance et d'autorégulation. 2016 est la dernière année d'activité.

Étant donné la réponse du projet pilote, la Fondation a décidé d'augmenter le nombre de programmes GLI dans différents pays d'Afrique et d'Amérique du Sud. Aujourd'hui, nous bénéficions de sept projets : au Mali (GLI-Bamako), au Ghana (GLI-Kumasi), au Pérou (GLI-Pérou), au Lac Agrio (GLI-Équateur), en Sierra Léone (GLI-Lunsar), en Tanzanie (GLI-Kigoma) et en Bolivie (GLI-Cochabamba) et l'on prétend étendre ce nombre ces prochaines années.

Les membres potentiels de GLI sont des autorités locales telles que des Ministères de la santé, des ONG internationales, d'autres organisations à but non lucratif, des missions, des hôpitaux de quartier, des centres de santé ruraux, des organisations communautaires et d'autres institutions sanitaires ; des instituts de santé publique, des instituts de recherche biomédicale et des organisations académiques.


Principes et valeurs du GLI

L'expérience de la Fondation Probitas constate, une fois de plus, que pour qu'un projet de coopération fonctionne, il est nécessaire que la population locale s'implique dans tout le processus. Les principes qui rendent cette initiative durable sont :

Inclusivité

Agir en alliance et en coordination avec les structures sanitaires existant dans une certaine région vulnérable, qu'elles soient publiques ou privées sans but lucratif, pour élaborer un plan stratégique intégral qui rende possible l'accès équitable à l'assistance sanitaire de la population.

 Optimisation des ressources 

L'action conjointe avec les structures sanitaires existantes permet de maximiser les ressources techniques et économiques disponibles et de renforcer tout le système sanitaire, ce qui apporte plus de bénéfices à la communauté.

Effectivité

Le Global Laboratory Initiative s'éloigne du modèle vertical se centrant seulement sur une maladie précise. Il parie sur une approche intégrale et transversale du service de diagnostic pour être efficace dans la lutte contre les maladies les plus prévalentes, bien que l'approche particulière d'une maladie plus endémique soit prédominante selon la zone où l'on agit.

Développement des capacités

La base du modèle est d'aménager des infrastructures, de former le personnel local au travers de l'expérience et des connaissances des techniciens de Probitas et des employés de Grifols, ainsi que des collaborateurs externes experts dans diverses disciplines.

Développement durable

Le GLI bénéficie des outils d'accompagnement nécessaires pour que le personnel local puisse s'approprier le projet et gérer le service de façon autosuffisante à tous les niveaux.

Action intégrale

Étant donné que l'interaction « pauvreté – maladie » existe dans un contexte multifactoriel complexe, GLI bénéficie de mécanismes pour développer également des aspects sociaux, environnementaux et participatifs qui influent et ont un impact sur la qualité de vie des populations. Le modèle ouvre la porte à d'autres entités, aussi bien publiques que privées sans but lucratif, pour agir de façon conjointe sur des aspects comme l'accès à l'eau potable, l'assainissement et l'amélioration des conditions hygiéniques et sanitaires de la communauté.