Agrégateur de contenus

Programme de lutte contre la malnutrition infantile à Manhiça, axé sur les mères et les enfants victimes du VIH/SIDA (+)

Dans le continent africain, le Mozambique est un pays modèle en matière de reconstruction post-conflit. En 2008, après 16 années de guerre civile, le pays a amorcé son redressement et pourrait aujourd'hui satisfaire à 12 des 18 objectifs du Millénaire pour le développement. Toutefois, plus de la moitié de la population vit encore sous le seuil de pauvreté et 55 % du budget annuel dépend de l'aide internationale.


Le taux de mortalité infantile, 138/1 000 enfants de moins d'un an, est l'un des plus élevés au monde, et l'une des causes principales est la malnutrition associée au VIH/SIDA. Dans certaines régions, où le réseau sanitaire est très insuffisant, plus de 25 % des femmes enceintes sont séropositives et, même si l'enfant ne développe pas la maladie, le décès de la mère a presque toujours pour conséquence une malnutrition infantile.

Cette situation a poussé le Centre de recherche en santé de Manhiça (CISM), la fondation Manhiça et África Viva à élargir le Programme de réhabilitation nutritionnelle (PRN) afin de réaliser un suivi des enfants séropositifs ou souffrant du SIDA, et de leur apporter une aide nutritionnelle, émotionnelle, pharmacologique et clinique. Les études scientifiques montrent que l'intervention nutritionnelle auprès de ce type de patients réduit leur mortalité de 70 % en un an.

La Fondation Probitas a décidé de souvenir le programme mis en œuvre dans le Centre sanitaire de Manhiça ainsi que dans d'autres centres médicaux, à travers l'action d'África Viva, et en collaboration avec le ministère de la Santé du Mozambique. L'intervention comprend plusieurs actions, notamment le renforcement des capacités de diagnostic, l'aide nutritionnelle préventive, l'élaboration d'un diagnostic communautaire et épidémiologique en vue d'identifier les zones où le taux de malnutrition est le plus élevé, et l'identification de « mères modèles » dans chaque quartier (stratégie du foyer modèle ou Hearth model) afin que ces dernières puissent former, en matière d'hygiène, de santé et d'alimentation, les mères d'enfants qui présentent un risque élevé de malnutrition ou qui en souffrent déjà.

La création de cuisines communautaires, l'hospitalisation des enfants souffrant de malnutrition grave et la supervision et l'aide au traitement à domicile des patients ambulatoires pour lesquels une malnutrition a été diagnostiquée font également partie des actions prévues.