Renforcement du système de santé communautaire dans des localités vulnérables de Tegucigalpa. Asociación Compartir

Le projet vise principalement à améliorer l'accès à la prévention, au diagnostic et au traitement des pathologies les plus répandues dans ces régions, causées en majorité par la pénurie d'eau, l'absence d'assainissement, le manque de ressources pour le panier de base et l'alimentation, et l'accès difficile aux services de dépistage ainsi qu'aux médicaments.
D'autre part, le taux élevé de violence domestique et la fréquence des grossesses précoces sont d'autres facteurs qui reflètent l'accès insuffisant à l'information et à des soins appropriés des autorités sanitaires.


RÉSUMÉ NARRATIF

Honduras est l'un des pays les plus pauvres du continent américain, les indices de développement n'ayant fait qu'empirer au cours des dix dernières années. En 2008, le pays était classé 115e sur 187 pays, chutant à la 127e place en 2012. Dans son rapport 2012, le PNUD estime que 66,5 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, et perçoit l'inégalité (la plus élevée de l'ensemble du continent) comme l'obstacle majeur au développement de la société, une opinion partagée par les Honduriens.

Ce projet a pour objet d'améliorer la santé des populations qui vivent dans des conditions particulièrement précaires, en mettant en œuvre différentes actions telles que:

  • L'équipement du laboratoire dans le centre de santé de Nueva Suyapa afin de pouvoir diagnostiquer de manière satisfaisante les pathologies les plus communes dans les quartiers comme la dengue et l'hépatite A, mais également d'autres examens de routine qui seront effectués au moins une fois par an sur les enfants âgés de moins de 12 ans. Appui aux laboratoires des deux autres centres de santé de Villanueva et Los Pinos.
  • La fourniture de réactifs pour les examens et de médicaments auxquels la population la plus défavorisée n'a pas accès. Cette intervention empêchera le recours à la médicine traditionnelle (soit 16 % de la population) et à l'automédication (12 % de la population achète ses médicaments sur le marché noir).
  • Le renforcement du programme de santé sexuelle et procréative, et plus particulièrement des adolescentes, afin de prévenir les grossesses non désirées (qui représente 31 % des grossesses annuelles à Villanueva) et les infections sexuellement transmissibles, sachant que le dépistage du VIH est réalisé en priorité sur les femmes enceintes (presque uniquement à Nueva Suyapa, s'étendant à Villanueva et n'étant généralement pas effectué à Los Pinos). Le personnel médical sera aussi formé dans ce domaine afin de savoir identifier rapidement les victimes de violence sexuelle, d'être en mesure de s'en occuper et d'offrir des traitements prophylactiques appropriés. Actuellement, on traite un nombre très réduit de femmes qui ne se rendent pas au centre par peur de leur agresseur (souvent leur petit ami) et l'absence de préparation du personnel médical (infirmerie, assistance sociale) au dépistage.
  • Enfin, les éducateurs des centres de Compartir et le personnel sanitaire des centres de santé seront formés à la santé mentale, de manière à pouvoir traiter des familles souffrant en majorité d'épisodes de violence et développer des compétences d'autoprotection nécessaires pour travailler dans des conditions d'extrême violence et dangerosité qui constituent leur expérience quotidienne.