Agrégateur de contenus

Stop à la fistule obstétricale, Afrique occidentale

La Fondation Femmes pour l'Afrique met en œuvre un projet dont l'objectif est d'améliorer la santé maternelle, d'augmenter la prévention et le traitement de la fistule et de renforcer les capacités du personnel de santé du Centre Saint Joseph Catholic Church (SJCH) de Monrovia, capitale du Libéria.


CONTEXTE
Le Libéria fait état de 4,5 millions d'habitants et possède un taux de fécondité moyen de 4,7 enfants. Doté d'un système de santé publique extrêmement précaire, la santé maternelle est celle qui présente les plus mauvais indicateurs. Tous les jours, il est estimé que quatre femmes meurent des suites de complications lors de la grossesse ou de l'accouchement.

Sur le plan sociopolitique et sanitaire, la fistule obstétricale a été reconnue par le gouvernement du Libéria comme un problème de santé publique. Cette complication a été prise en compte dans la campagne (2003-2006) du Fonds des Nations unies pour la population afin de procéder à son éradication. Bien que les données officielles soient inexistantes, les estimations parlent de 600 à 1 000 nouveaux cas par an.

PROJET
Le projet «Stop à la fistule» articule ses activités autour de deux axes principaux: la prévention et l'assistance d'un côté, et la formation de l'autre. Au cours du déroulement de ces phases, 120 séances de discussion destinées aux femmes et aux jeunes filles enceintes vont être réalisées parallèlement à une campagne radiophonique. Par ailleurs, une assistance gratuite lors de l'accouchement sera dispensée à 1.200 femmes et jeunes filles présentant des grossesses à risque ou des dystocies. Le programme comprend également deux missions menées par du personnel de santé international en vue de proposer un traitement chirurgical à 60 patient. Pour finir, le projet s'attachera à organiser huit séances de formation destinées à 80 sages-femmes et accoucheuses, huit séances destinées à 30 infirmières du SJCH et à d'autres centres affiliés, ainsi que six ateliers de formation.

BÉNÉFICIAIRES
Les bénéficiaires directs du projet sont constitués de 6.000 personnes de moins de 20 ans (consultations prénatales), de 1.200 personnes de moins de 20 ans et de femmes présentant des dystocies pendant l'accouchement, de 60 femmes souffrant d'une fistule et amenées à recevoir un traitement chirurgical, et de 120 employés de santé auxquels des formations seront dispensées.

Les bénéficiaires indirects sont composés en premier lieu de la propre famille des patients et des femmes qui prennent conscience de la possibilité de prévenir ou, le cas échéant, de rétablir leur état de santé et, en second lieu, de la communauté d'origine et de la société dans son ensemble. Les bénéficiaires indirects sont estimés à 7.380 familles (environ 30.000 personnes).