Renforcement d'un laboratoire de référence et analyse médicale pour soutenir le programme de lutte contre la drépanocytose à Madagascar. SOLIMAD

Le centre d'aide de référence de drépanocytose à Tamatave offrira des diagnostics, des soins, une assistance ainsi qu'une éducation sanitaire. Géré par l'antenne LCDM, ce centre de santé sera le premier à s'occuper de la maladie des cellules falciformes identifiée comme point focal sur le territoire de Madagascar.
Selon l'OMS, 85 % des enfants affectés meurent avant l'âge de 5 ans en l'absence d'aide sanitaire et en raison des infections.


RÉSUMÉ NARRATIF

Malgré les efforts, l'accès aux analyses et au traitement de la maladie des cellules falciformes reste faible à Madagascar. Ce projet vise à mettre à la disposition des centres de santé les examens de détection existants ainsi que les analyses et les soins nécessaires à la survie des patients.

À cet effet, le centre de santé de Tamatave, objet de ce projet, sera doté d'équipements de diagnostic type DBS1 (examens papier absorbant, sachets et réfrigérateur ou congélateur en fonction de l'utilisation des examens) et de réactifs et médicaments qui permettent de gérer les urgences et de soigner les patients.

Une réponse mobile viendra compléter ce matériel, destinée aux communautés éloignées qui n'ont pas accès à ce jour aux services de santé, soit environ 18 128 personnes susceptibles d'être particulièrement vulnérables à la maladie. Des analyses de sang, effectuées sur papier absorbant, seront expédiées au centre de santé et feront l'objet d'un suivi par son personnel sanitaire. Le personnel de laboratoire sera également formé afin de procéder aux analyses correspondant aux examens et au suivi pour faire face aux complications des patients.

Des bénévoles souffrant de la maladie seront sélectionnés dans les communautés. Ils seront formés et chargés de prendre les commandes au sein des populations. Ils devront sensibiliser les personnes à la drépanocytose, aider les patients et établir un lien entre LCDM et le centre de santé.

Jusqu'en 2013, et en l'absence de laboratoire, aucune organisation n'a été en mesure d'identifier les patients souffrant de drépanocytose dans cette région. Les échantillons sont envoyés à Antananarivo (plus de 750 km aller retour) où l'électrophorèse de l'hémoglobine 7 est réalisée pour 25 euros. Les laboratoires de santé privés disposent d'installations similaires mais le diagnostic reste inaccessible aux populations défavorisées.

La clinique de référence pour le traitement de la drépanocytose à Tamatave doit assurer le diagnostic et les soins et organiser un processus de sensibilisation.