Projet d'amélioration des services d'attention primaire dans les zones marginales du district de Chiclayo

La Fondation Probitas, en collaboration avec l'entité espagnole Coopération Sociale, et les partenaires locaux de l'Université Santo Torbio de Mogrovejo (USAT) et les écoles de médecine, d'odontologie et d0infirmière de Chiclayo, a équipé le laboratoire et la banque de sang situés dans le Centre materno-infantile construit récemment, et qui prête ses services aux familles aux ressources limitées des zones urbaines marginales et des fameux « villages nouveaux » du district de Chiclayo.


La zone métropolitaine de Chiclayo couvre un territoire d'environ 30.000 hectares et compte environ 586.564 habitants. Il existe une relation dynamique entre Chiclayo et les alentours reliés par les nombreux flux et mouvements de populations journaliers entre Chiclayo et les centres de moindre importance aux alentours.

Ces mouvements de populations à la périphérie de Chiclayo ont provoqué la multiplication des quartiers spontanés appelés " villages récents", oú dominent la pauvreté et le manque de services de base comme l'eau potable et l'assainissement. La population la plus vulnérable n'a pas d'accès à l'eau aux centres hospitaliers et doit se résigner à aller dans les centres de santé étatiques précaires et dont la capacité de réponse aux besoins de santé de la population est limitée, faute de moyens.

En 2011,, la Fondation Probitas a soutenu le projet en équipant le laboratoire te la banque de sang du centre materno-infantile récemment construit.

Le centre a été doté des équipements nécessaires pour un bon fonctionnement du laboratoire clinique, afin que les maladies prévalant puissent être diagnostiquées et suivies dans leur évolution. La banque se sang a également été équipée, afin de permettre une réponse immédiate aux besoins de transfusion dans les cas d'accidents ou de complications durant l'accouchement, ce qui entraîne généralement une diminution de la mortalité maternelle dans les contextes de vulnérabilité.

En plus de l'équipement, le soutien de la Fondation prévoit la formation du personnel local de laboratoire et de la banque de sang. La gestion du projet est entre les mains d'une équipe de professeurs issus de l'Université de Médecine, d'infirmerie et d'Odontologie, qui se sont engagés à travailler à un coût minimal, semblable à celui du système de santé publique, afin que les services soient accessibles aux populations défavorisées

Les motifs les plus fréquents de consultation durant l'année 2011 ont été les infections intestinales et respiratoires, la dénutrition infantile, le contrôle prénatal et l'assistance lors de l'accouchement.