Optimisation de la prévention et de l'observance du traitement du VIH-Sida et de la malaria dans les communautés rurales du Sud du Mozambique

Dans la province de Maputo, la Fundación Mozambique Sur, avec la collaboration de la Fundaçao Encontro (l'organisation locale), développent un projet qui a pour objectif réduire la prévalence du VIH-Sida et du paludisme, ainsi que d'améliorer l'accès à des soins de santé de qualité, notamment grâce au renforcement d'une équipe d'activistes thérapeutiques, chargée de la prévention et du suivi des patients.


CONTEXTE
Le Mozambique occupe la 181e position parmi les 188 pays étudiés dans le rapport sur le Développement Humain de 2016. Les districts ruraux de Boane et Namaacha, dans le sud du pays, présentent une forte prévalence du VIH-Sida, du fait de leur situation frontalière, entre d'autres facteurs. De la même manière, plusieurs facteurs contribuent à rendre le paludisme endémique au Mozambique : les conditions climatiques et environnementales, la situation de pauvreté socio-économique des populations, les logements inadaptés et insalubres ou encore l'accès limité aux moyens de prévention.

PROJET
Le projet vise à réduire la prévalence des maladies infectieuses endémiques, plus particulièrement le VIH-Sida et le paludisme, qui touchent la population des régions rurales de Boane et Namaacha. Pour y parvenir, il est primordial de renforcer le Groupe Khumbuka, un groupe d'activistes thérapeutiques, imbriqués dans les zones rurales de la région, sous le leadership de la Fundaçao Encontro. Au cours de ce projet seront déployées des mesures plus efficaces pour leurs activités de prévention et de soins de santé.

La stratégie du projet est basée sur quatre axes d'actions complémentaires :
 
  1. Augmenter l'effectif et améliorer la formation du personnel du Groupe Khumbuka (activistes thérapeutiques).
     
  2. Optimiser les soins à domicile des personnes atteintes du VIH-Sida et du paludisme, en portant une attention particulière au respect des protocoles ‎de santé dans les villages de Massaca, Mahanhane, Mahelane et Changalane.
     
  3. Fournir une aide alimentaire et nutritionnelle aux personnes atteintes du VIH-Sida et du paludisme. Ces actions sont menées pour deux motifs : aide aux personnes en situation de pauvreté qui ne disposent pas des ressources nécessaires pour subvenir à leur alimentation, et d'autre part, selon l'expérience de notre équipe, la malnutrition constitue l'un des facteurs les plus importants d'abandon des traitements.
     
  4. Faciliter l'accès à un bon état de santé pour la population  plus vulnérable, grâce à des actions de prévention et de sensibilisation menées par le Groupe Khumbuka.
 
BÉNÉFICIAIRES
Le nombre total de bénéficiaires s'élève à 6 706 personnes. Étant donnée la relation existante entre la pauvreté et les indicateurs de santé, les personnes les plus vulnérables, d'un point de vue socio-économique, sont les principaux bénéficiaires du projet, en particulier les femmes, du fait de la féminisation du VIH que l'on peut observer au Mozambique.