Agrégateur de contenus

Optimisation des infrastructures cliniques de l'hôpital de Chemolingot sub-County à Baringo, Kenya

Le projet est mené par Kaperur CBO, et vise à renforcer et à optimiser les infrastructures cliniques de l'hôpital de Chemolingot sub County, au Kenya, en vue d'améliorer la gestion des cas de leishmaniose au sein de la population de la zone de West Pokot.


CONTEXTE
West Pokot est l'une des 6 zones du comté de Baringo, situé dans le nord-ouest du Kenya. La population excède les 133 000 habitants, occupant une zone de 4 524 kilomètres. 85% des habitants vivent  sous le seuil de pauvreté (moins d'1 € par mois par adulte). Les services de soins sont rares, car la disponibilité des services se mesure en fonction de la couverture maladie, de son utilisation, de la proportion de la population malade mais qui ne peut pas recevoir de soins, et  des dépenses des familles en frais de santé.

PROJET
Le projet a deux objectifs principaux. D'une part, il vise à rénover et à aménager une salle destinée aux patients de la leishmaniose viscérale (Kala-Azar), à réhabiliter et à équiper le laboratoire principal de cet hôpital afin de fournir un diagnostic intégral aux patients.

Ce projet permettra à la population locale d'éviter de parcourir 100 kilomètres jusqu'à Kimalel, le seul centre médical de la région de Baringo. Par ailleurs, il réduira les frais d'hospitalisation,  permettant aux patients d'avoir quotidiennement accès au vaccin nécessaire pour lutter contre ce type de leishmaniose. Un suivi du patient sera garanti, notamment via l'installation de points d'intérêt et l'intégration de surveillance, et des services de qualité seront mis en place pour que les proches des patients  hospitalisés puissent leur rendre visite.

En définitive, les principales actions qui seront menées sont les suivantes :
  • Actions de construction pour rénover la salle et le laboratoire.
  • Acquisition de mobilier et d'équipement de laboratoire.
  • Installation de mobilier et d'équipement.
 
BÉNÉFICIAIRES
Le nombre de bénéficiaires directs du projet est estimé à 13 300 personnes, parmi lesquelles 2 700 sont des femmes et 7 900 sont des mineurs de moins de 15 ans.