Amélioration du pronostic et de la qualité de vie de la population rurale touchée par la tuberculose en Angola

En 2013, la Fondation Probitas a décidé de collaborer dans un projet lancé par l'Institut de recherche de l'hôpital Vall d'Hebron (VHIR) à l'hôpital Nossa Senhora da Paz (Cubal), dans l'objectif d'améliorer le pronostic et la qualité de vie des patients atteints de tuberculose multirésistante (TB-MDR). À Cubal, la tuberculose est l'une des principales causes de mortalité de la population et les laboratoires du réseau de santé publique possèdent de grosses lacunes pour dresser un diagnostic correct et traiter les cas, tout particulièrement lorsqu'il s'agit de la tuberculose TB-MDR. La durée d'exécution du projet est prévue jusqu'en 2016.


Contexte

L'Angola a obtenu son indépendance en 1975. Cette même année, le pays plonge dans une guerre civile intense et dévastatrice qui se prolonge jusqu'en 2002.

Bien qu'il s'agisse de l'un des pays d'Afrique qui enregistre la plus forte croissance économique de ces dernières années et qui possède des ressources naturelles abondantes (pétrole, gaz et diamant), l'Angola repose encore sur une économie instable.

En matière de santé publique, le pays se distingue par des taux de tuberculose (TB) et de malaria élevés. Le taux d'incidence de la tuberculose est estimé à environ 300 cas par an pour 100 000 habitants. Le taux de guérison y est de 70 %. À Cubal, la tuberculose reste toutefois l'une des principales causes de morbimortalité.

En 1973, l'hôpital Nossa Senhora da Paz, situé à Cubal, est devenu un dispensaire de la congrégation de la Compagnie de Sainte Thérèse, pour ensuite se convertir en hôpital en pleine guerre civile. À la fin des années 1990, la gestion de l'établissement est prise en charge par Mans Unides, organisation non gouvernementale de l'Église catholique.

L'hôpital dispose aujourd'hui de 400 lits distribués entre les services de pédiatrie, de médecine interne et de maladies infectieuses, ainsi qu'entre les départements de médecine chirurgicale, de maternité, de traumatologie et de chirurgie ambulatoire. Pendant de nombreuses années, l'établissement n'a pu qu'être témoin du décès de nombre de ces malades. Grâce à ce projet et à l'engagement du ministère angolais de la Santé, les patients bénéficieront d'un nouveau protocole de traitement pour leur redonner la santé perdue.

Le project

Le projet est mis en place pour renforcer les capacités du laboratoire de diagnostic par la mise en œuvre d'une technique génotypique rapide pour dresser le diagnostic de la TB.

Le projet comprend la fourniture de l'équipement Xpert MTB/RIF (GeneXpert, Cepheid) et la formation des techniciens de laboratoire de l'hôpital angolais en diagnostic moléculaire. Il s'agit d'un plan durable dans le temps, puisqu'à l'issue du programme, les équipements et les connaissances acquises doivent être transférés et conservés par le partenaire local, qui les intégrera au réseau du ministère de la Santé du pays.

Après avoir collecté les données obtenues à partir du nouveau système de diagnostic, les chercheurs du groupe de microbiologie de l'hôpital Vall d'Hebron analyseront plus de 500 échantillons provenant de l'hôpital de Cubal pour réaliser une étude sur la sensibilité aux médicaments antituberculeux par les méthodes conventionnelles.

Ces analyses serviront à évaluer les résultats obtenus avec l'équipement Xpert et à comparer la sensibilité et la spécificité des deux techniques utilisées. Par ailleurs, ces données seront employées pour mener une étude pionnière sur la prévalence de la TB-MDR dans la région.

Ainsi, les connaissances épidémiologiques de la TB-MDR permettront d'élaborer des guides thérapeutiques adaptés pour réduire la morbimortalité de la maladie dans la région et, si nécessaire, pour réévaluer les règles établies dans le Plan national de santé d'Angola.

À l'heure actuelle, le projet se trouve dans la phase suivante :

  • Fourniture du nouvel équipement de laboratoire pour renforcer le diagnostic de la TB et de la TB-MDR:
    • Installation d'unéquipement GenXpert MTB/RIF pour le diagnostic de la tuberculose
    • 500 réactifs spécifiques pour la réalisation des déterminations avec le GenXpert MTB/RIF
  • Incorporation à l'étude de 193 patients
  • Formation du personnel local de santé à la gestion de laboratoire,au diagnostic et à la manipulation de patients atteints de TB et MDR-TB
    • 43 techniciens de santé formés à la manipulation de patients atteints de tuberculose
    • 28 techniciens formés à la réalisation des techniques de diagnostic moléculaire
    • 7 techniciens formés en gestion de laboratoire