Agrégateur de contenus

Amélioration de l'équipement de laboratoire de l'hôpital populaire Dr Georges Duez de l'Institut polytechnique Tomas Katari (IPTK) de Sucre, Bolivie

L'accès aux soins de santé des populations vulnérables de Sucre vivant dans les villes, à la périphérie des villes et à la campagne, et l'amélioration du diagnostic et de la prévention des maladies prévalentes ont été les deux objectifs que la Fondation Probitas s'est fixés à l'heure d'entamer ce projet en collaboration avec l'hôpital populaire Dr Georges Duez de l'IPTK. Depuis les années 1980, décennie de mise en place d'une économie de libre marché, du replacement des mineurs et d'un exode migratoire important des paysans et mineurs vers les villes, l'IPTK œuvre à la prestation de services aux migrants de la province de Chayanta et aux familles en situation de surexploitation et de pauvreté des quartiers marginalisés de la ville.


Contexte

Dans les années 1980, la Bolivie a subi une décennie d'implantation d'une économie de libre marché dans le pays, de replacement des mineurs et d'un exode migratoire important de paysans et mineurs vers les villes. L'une des localités touchées fut Sucre, qui a vu sa population augmenter aussi bien dans le centre-ville qu'à la périphérie, ce qui a encouragé le phénomène appelé « économie informelle ».

C'est à cette époque que l'IPTK, propriétaire de l'actuel hôpital populaire Dr Georges Duez, a commencé à prêter des services aux migrants de la province de Chayanta et aux familles qui se sont retrouvées en situation de surexploitation et de pauvreté dans les quartiers marginalisés de la ville. Les politiques de développement social de l'IPTK comprennent en effet l'assistance aux communautés les plus démunies du département de Chuquisaca et du nord du département de Potosí.

Dans ces régions, l'Institut est parvenu à traiter 100 000 consultations par an, de 17 spécialités différentes, dans une polyclinique et 8 dispensaires des zones éloignées de la ville. En 2004, la polyclinique se transforme en l'actuel hôpital populaire Georges Duez, qui élargit ses services avec l'aménagement de blocs opératoires, de salles d'intervention, etc., rendant ainsi l'accès à la santé plus viable à la population la plus pauvre des quartiers périurbains de la ville de Sucre et aux communautés des départements de Chuquisaca et Potosí.