Réduire les maladies tropicales négligées à travers un modèle d'intervention communautaire à Tegucigalpa, Honduras

La Fundación del Valle et l'Asociación Colaboración y Esfuerzo (ACOES) développent un projet à Nueva Capital, dans la zone de Tegucigalpa, au Honduras, avec l'objectif réduire l'incidence des maladies tropicales négligées, qui ont un impact plus marqué dans cette région, par le biais d'un modèle d'intervention communautaire.


CONTEXTE
Le projet se développe dans la zone marginale de Nueva Capital, Tegucigalpa, située sur le flanc d'une montagne escarpée et très éloignée du centre métropolitain. La population totale atteint les 40 000 habitants (30 % de jeunes).

Les indicateurs socio-économiques de la zone d'intervention montrent qu'il n'existe aucune infrastructure d'éducation, mis à part le réseau de 4 écoles gratuites de ACOES, qui comptent 4 500 étudiants; Logements en tôle, en carton ou en bois ; Familles de 6-8 membres, les enfants sont considérés comme une source de revenus ; la violence domestique, de genre, l'exploitation et la maltraitance des enfants sont habituelles ; Revenus moyens inférieurs à 2-4 € par jour, et il n'existe aucune source de travail dans la région.

Dans la Nueva Capital, aucun service public de soins n'est disponible, à l'exception du programme de santé d'ACOES, consolidé par l'intervention de Probitas.
  • À l'échelle locale, la situation en matière de santé est déficiente, de par le manque de services de soins et les nombreuses maladies chroniques, les sérieux problèmes de malnutrition, les épisodes épidémiques, l'insuffisance au niveau de l'éducation sur la santé, entre autres.
  • À l'échelle nationale, le Honduras dispose du 4e budget de santé le plus faible d'Amérique, a le 4e taux le plus élevé de mortalité infantile et de malnutrition chronique d'Amérique et occupe la 3e position en termes de mortalité due aux maladies communes, selon les données de l'Organisation panaméricaine de la santé.
  • Absence de centre de santé public, à l'exception de l'infrastructure développée par ACOES et soutenue par Probitas.
  • Pour se rendre à un hôpital public, il faut prendre 3 bus différents, dont le coût représente le revenu de 1 à 2 jours de travail et dont le trajet dure entre 3 et 4 heures. Les hôpitaux fonctionnent à 200 % de leurs capacités estimées et ne disposent pas de matériel ni de médicaments suffisants.
  • L'accès aux systèmes de santé reste déficitaire pour la population en général : 46,6 % des communautés rurales manquent de centres de santé ou d'unités médicales.
 
PROJET
FDV et ACOES proposent un modèle d'intervention communautaire multidisciplinaire, en développant des modèles théoriques de l'OMS et le Plan stratégique du Ministère de la santé du Honduras, qui sert de référence pour l'appliquer dans d'autres régions du pays et de la zone d'Amérique centrale. La stratégie du projet se décompose en 5 axes de travail :
 
1) Santé communautaire
a. Prévention communautaire.
b. Intervention de collectifs spécialement vulnérables.
 
2) Santé infantile
a. Renforcer la santé des étudiants ainsi que l'éducation sanitaire.
b. Fournir des soins de santé.
 
3) Santé publique
a. Collaborer avec les centres de santé alentours, avec le Ministère de la santé et la Faculté de médecine de la Nouvelle Université Publique du Honduras dans l'exécution du Plan stratégique national dans la Nueva Capital.
 
4) Santé vétérinaire
a. Impliquer les spécialistes en santé animale dans la conception et l'exécution du modèle d'intervention communautaire pour les soins et l'hygiène des animaux des familles.
 
5) Intervention intersectorielle
a. Le projet bénéficiera de l'intervention de professionnels provenant de divers domaines de la santé et sociaux, qui permettront une culture plus approfondie de la santé et de la prévention (odontologie, psychologie, nutrition, travail social, entre autres).

BÉNÉFICIAIRES
Les bénéficiaires directs représentent 8 056 personnes, dont 52 % sont des femmes et 48 % sont des hommes. Les bénéficiaires sont en majeure partie des victimes de l'ouragan Mitch et, plus récemment, des immigrés issus des zones rurales en situation d'extrême pauvreté.
Parmi les bénéficiaires indirects figurent 20 280 personnes de la population générale restante, dans la mesure où cette action contribue à l'amélioration du système de santé.