Agrégateur de contenus

Contribution à l'amélioration de la santé des yeux chez les jeunes des quartiers défavorisés du département de Dakar, Sénégal

La Fondation Ferreruela Sanfeliu, l'Association Ocularis et l'Institut des inégalités mettent en œuvre un projet visant à contribuer à l'amélioration de la santé des yeux chez les jeunes du département de Dakar.


CONTEXTE
Le Sénégal fait état d'une population d'environ 14 millions d'habitants, dont 50 % vivent sous le seuil de pauvreté. L'espérance de vie est de 66,37 ans, le taux de mortalité s'élève à 6,21 ‰ et l'accès aux services sociaux comme la santé et l'éducation y est très limité pour une grande partie de la population. Le paludisme est la première cause de morbidité et les maladies cardiovasculaires sont devenues un véritable problème de santé publique. Le taux de prévalence du VIH/sida est de 0,7 %, la moralité infantile se situe encore et toujours à des niveaux élevés et la mutilation génitale infligée aux femmes ainsi que d'autres pratiques nuisibles à la santé féminine sont toujours d'actualité.

Dans le domaine de la santé oculaire, il est estimé que 1,4 % de la population souffre de cécité, chiffre qui représente plus de 200 000 personnes aveugles pour qui la mendicité reste le seul recours pour survivre. 8 cas de cécité sur 10 sont évitables et curables. L'analyse du problème indique que le facteur déterminant de survenue de la cécité réside dans un traitement curatif ou préventif insuffisant, dans le manque d'équipements et d'infrastructures, mais également dans des questions d'ordre économique et socioculturel comme l'analphabétisme et les tabous.

PROJET
L'objectif poursuivi par le projet consiste à doubler les amétropies détectées par l'UCAD (Université de Dakar) chez les jeunes de moins de 15 ans et à fournir une correction optique à la moitié des cas d'amétropie diagnostiqués par l'établissement.

De cette manière, l'exécution du projet cherche principalement à augmenter les cas dépistés dans les écoles en impliquant le professorat, qui sera formé à la détection des problèmes oculaires et sera équipé de matériel de diagnostic simple pour la réalisation de dépistages gratuits, et à accroitre le nombre de formations dispensées dans les écoles. L'éducation sanitaire en santé oculaire sera également encouragée à travers des activités de diffusion, des discussions et des visites à domicile réalisées par des femmes en charge de promouvoir la santé des yeux.

Parallèlement, les cas détectés se verront prescrire du matériel de correction optique et le projet s'attachera à renforcer l'atelier d'optique aménagé dans les locaux du CHU Abass Ndao qui est actuellement à l'arrêt.

BÉNÉFICIAIRES
Le nombre total de bénéficiaires directs du projet s'élève à 177 personnes, ces dernières étant composées de femmes, du personnel opticien et de jeunes. Les bénéficiaires indirects englobent quant à eux 507.000 personnes (professeurs, jeunes et population informée).